ZONE PRESSE

16/02/2019

Basket – Trophée Coupe de France Berck éliminé par Cergy-Pontoise

La Voix du Nord

  • Les Franciliens avaient empêché Berck de monter en N1 en mai 2013. Cette fois, ils se contentent de les priver d’un point bonus en championnat et d’un rêve de Bercy. D’emblée, on comprit ce que voulait dire Laurent Kleefstra, samedi, en parlant de l’intensité défensive de Cergy. Étouffé par la défense tout-terrain adverse, dominé par la puissance physique du monstrueux duo intérieur Michel-Mounkenga, Berck prenait rapidement l’eau, encaissant 14 points sans en inscrire un seul (16-3, 6e). Sans paniquer, et grâce notamment à un exceptionnel Fitzgerald (16 points lors des 12 premières minutes), les hommes de Kleefstra revenaient dans le match (28-25, 13e).

  • Cergy faisait des fautes, mais disposant de 10 joueurs interchangeables, Steed Tchicamboud faisait tourner, un joueur rejoignant le banc au galop tandis qu’un autre en sortait aussi vite. La redoutable paire d’arrières Niakate-Razanamahenina alignait derrière la ligne des trois points tandis que Stankovic, muselé, ne rentrait son premier shoot qu’à 50 secondes de la mi-temps (40-35).

  • Malgré les shoots de Stankovic

  • Au retour des vestiaires, les Berckois souffraient. Une très sévère décision arbitrale – antisportive à Stankovic doublée d’une technique à Kleefstra – semblait les couler définitivement (57-40, 26e). C’est alors que Stankovic entra en transe, enquillant quatre tirs primés en moins de deux minutes (57-55, 28e). La folie s’emparait de Léo-Lagrange, rapidement climatisée par un shoot au buzzer de l’excellent Niakate. Dans le dernier quart-temps, la fraîcheur physique des banlieusards faisait la différence, Jovovic prenant le relais de ses compères Michel et Moukenga. Berck, irréprochable, ne prendra donc pas le point bonus en championnat. À l’issue du match, Marc-Antoine Hello ne cachait pas sa déception. « Ils ont mis de la densité physique, on s’est battu avec nos armes. Ils ont un banc à rallonge, un collectif de 12 joueurs alors que nous, on joue à 6 depuis quatre mois. Tant qu’on n’aura pas dix joueurs valides, on n’y arrivera pas. »

  • CERGY-PONTOISE (N2) – BERCK (N2) : 79-69 (23-15, 17-20, 24-20, 15-14). Berck : Stankovic 20, Fitzgerald 18, Séguéla 8, Mendy 11, Weber 7 puis Hello 5. Cergy : Niakate 15, Razanamahenina 17, Wilson 9, Michel 12, Moukenga 10 puis Filet 2, Boudrouz 5, N’Joya 2, Jovovic 7.

1 / 39

Please reload